La Diva Tuberculeuse

Je suis pas à gauche, je suis pas à droite mais, putain qu’est-ce que je suis maladroite. Je suis pas terroriste. Je suis pas anti-terroriste. Je suis pas jolie. Je suis pas moche non plus. (Cf. Louise Attaque)

J’aurais été là où finisse les impasses, au fond des miroirs, au-dela des glaces. Dans les nuits d’encre, quand le phare est éteint, où tout brûle et n’est rien. si j’avais juste à prendre sa main. Je l’aurais suivit dans les vies cendres, tant que ses yeux auraient cherché les miens. Là où le feu brûle et le froid glace, ou les faux semblants s’efface. Là où s’échouent les vagues, peu importe la rive ou la plage. J’y aurait été pour Lui et avec Lui, pour toujours. Est-ce qu’il m’aurait suivi? (Cf. Florent Pagny)

Il est parti comme il était venu. Et moi je rêve encore de Lui. Ce que je crains c’est de savoir que je vais passer toute une vie sans le voir. Toute une vie sans histoire a juste l’imaginer. C’est ça qui me fera vieillir parce que c’est ça qui me fera toujours si mal. C’est ça qui me fait maudire tous les destins du hasard. J’ai perdu mon âme quand j’ai perdu son sourire. (Cf. Véronique Sanson)

Elle savait le silence depuis longtemps. Elle en sait la violence, son gout de sang. Rouge colère, sombre douleur Je sais ces guerres, je n’ai pas peur. Je sais me défendre. J’ai bien appris. On est pas des tendres par ici. Elle sait les hivers. Elle sait le froid. Mais la vie sans Kvs, elle sait pas. Lutte apres lutte, vie après vie, elle a cru tenir. Elle voudrait apprendre, jour après jour, qui commande à nos amours.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :